Le CBN c'est quoi?

Comme le CBD ou bien le THC le CBN est un composé phytochimique présent dans la plante de cannabis sativa. Bien moins connu que ses petits frères, le CBN commence à être étudié par la science, il a pourtant été découvert avant le THC. Les premiers résultats laissent entendre que son potentiel est tout aussi encourageant que celui du CBD. Les deux molécules ont d’ailleurs beaucoup de similitudes.

Nous allons vous fournir une définition précise du cannabinol (CBN) puis nous verrons quelles sont ses principales propriétés connues à ce jour.

Définition du cannabinol.

On dénombre environ 500 molécules dans le cannabis sativa dont environ une centaine de phytocannabinoïdes. Le cannabinol est le cannabinoïde le plus présent dans le plant de cannabis sativa après le THC et le CBD. Or, il présente naturellement une concentration moyenne de  seulement 1%. Ce principe actif est unique dans le monde végétal, on ne le retrouve dans aucune autre plante.

Quelles sont les caractéristiques principales du CBN et comment apparaît-il ?

La principale caractéristique identifiée du CBN est sont fort effet sédatif et soporifique avec un faible effet psychoactif et intoxicant. Il a un effet narcotique important qui rend son exploration extrêmement prometteuse pour la recherche thérapeutique. Comment  le CBN est-il synthétisé ?

Lors du développement du plant de cannabis, les cannabinoïdes apparaissent sous leurs formes acides. Le premier à apparaître est le CBGA, la molécule mère, qui va ensuite donner naissance au THCA, au CBDA et au CBCA. L’effet conjugué de la chaleur, des UV et de l’oxygène, enclenche un processus naturel de décarboxylation, qui va faire passer ces cannabinoïdes de leurs formes acides à leurs formes actives. Ainsi le CBGA, le THCA, le CDBA ou le CBCA se transforment en CBG, THC, CBD et CBC…

Le CBN ne suit pas ce schéma et c’est une singularité qu’on ne retrouve chez aucun autre phytocannabinoïde. On a à présent clairement établit que  le CBNA naît principalement de la dégradation du THCA.

Ainsi pour augmenter sa concentration dans la matière végétale il faut que le THC soit détruit. En clair pour produire plus de cannabinol dans la fleur, il suffit de faire le contraire de ce que l’on fait habituellement pour préserver l’herbe et ses principes actifs. Au lieu de la mettre dans des récipients sous vide à l’abri de la lumière il faut la laisser se dégrader et s’oxyder en l’exposant aux éléments. Le THCA se transformera en CBNA et suite à la décarboxylation en CBN. 

De la même manière, il est aussi possible de récolter tardivement les fleurs pour augmenter leur temps d’exposition au soleil et à l’oxygène et ainsi obtenir des plants avec un taux de CBN plus haut. Malgré l’emploi de telles méthodes la concentration de CBN reste en général relativement basse.

Le CBN semble donc être un phytocannabinoïde majeur qui pourrait modifier encore la perception que nous avons de la plante de cannabis sativa comme l’a fait le CBD il y a maintenant quelques années. Il est aussi source d’espoir pour améliorer certains traitements médicaux et soigner des pathologies spécifiques. Nous allons maintenant voir quels sont les points communs entre CBD et CBN puis nous énumérerons ses propriétés spécifiques et les effets uniques de celui-ci.

Les propriétés du CBN : les principales pistes.

On va voir ici que la molécule de CBN a de nombreux points communs avec le CBD mais qu’elle a aussi ses caractéristiques propres. Gardez bien à l’esprit que les études sur le cannabinol étant peu nombreuses toutes ces pistes devront être confirmées par la multiplication d’expérimentations sérieuses.

Les points communs avec le CBD :

- Ils possèdent une structure génétique similaire.
- Il a un effet relaxant.
- Favorise le sommeil.
- Il ne provoque pas d’effets planants ou de Bad trip.
- Il est un précieux allié de la détente musculaire.
- Il agit comme analgésique et anti-inflammatoire.
- Il a un effet antibactérien.
- Il joue le rôle d’anticonvulsif ce qui pourrait aider au traitement de certains types de crises d’épilepsies par exemple.

Les spécificités propres au CBN :

- Le CBN est légèrement psychoactif mais ne provoque pas d’effets planants. Aucun effet secondaire indésirable n’a été répertorié à ce jour.
- Contrairement aux autres cannabinoïdes qui proviennent de la réaction chimique catalysée par 3 enzymes principales : le CBGA, le THCA et le CBCA, le CBN est principalement issu de la dégradation du THC.
- Il permettrait de faire baisser la tension.
- Encourage la relaxation mentale.
- Il a un effet narcotique et sédatif puissant.
- Il a pour l’instant été très peu étudié comparé au CBD et au THC mais les financements de recherches et d’études à son sujet ne cessent d’augmenter. Il fait d’ailleurs partie de l’expérimentation lancée par la France en 2021 sur le cannabis thérapeutique auprès de 3000 patients atteints de diverses pathologies.
- Il semble directement agir sur les récepteurs CB1 et CB2 du système endocannabinoïde, contrairement au CBD qui n’interagit qu’avec les récepteurs CB2. Le récepteur CB1 agit directement sur le cerveau. Cependant il est important de préciser que l’emprise du cannabinol sur ce récepteur est relativement faible.
- Il est difficile à produire car obtenu uniquement à partir de la dégradation du THC avec un pourcentage qui reste en moyenne relativement bas. De plus pour espérer avoir un pourcentage de CBN plus élevé il faut pouvoir cultiver des plantes avec un fort taux de THC ce qui est impossible en France à ce jour.
- Directement issu de la dégradation du THC, c’est logiquement avec celui-ci qu’il partage beaucoup de points communs. Ethan Russo met en avant le potentiel effet d’entourage entre les deux molécules. Selon lui CBN augmenterait fortement l’effet sédatif du THC.
-Autre propriété spécifique certainement tirée du THC, il a une forte influence sur l’appétit.

Peut-on consommer du CBN en toute légalité?

Etant issu de la dégradation du THC, le CBN a un statut particulier, bien que n’étant très légèrement psychoactif. Il a plus de points communs avec le THC qu’avec le CBD.

Il n’est pas mentionné dans la Convention Unique sur les stupéfiants des Nations Unies mais cela n’empêche pas certains pays d’en interdire l’usage.

De plus le manque d’études scientifiques et de recul à son sujet ne facilite pas les choses, laissant planer des doutes sur son efficacité. En outre, il semble plus prudent d’attendre les conclusions d’études portant sur son interaction négative possible avec certains médicaments.

En ce sens nous avons choisi d’attendre d’avoir plus de certitudes pour vous en proposer, c’est une affaire à suivre…