Forêt de cannabis sativa.

Nous allons ici vous expliquer pourquoi, malgré sa mauvaise réputation, le chanvre peut-être considéré comme une plante écologique.

Pour cela il faut tout d’abord rappeler que le chanvre est utilisé depuis des millénaires et qu’il a longtemps été un allié de poids dans la survie de nos ancêtres. Grâce à son extraordinaire adaptabilité et sa résistance à des environnements variés il a été une des plantes les plus cultivées sur la planète. Il a permis aux hommes de réaliser des vêtements, des cordages, des médicaments, du papier, des combustibles et bien d’autres innovations.

Au début du 20éme siècle l’arrivée du nylon et une campagne mondiale de prohibition vont faire tomber la plante dans l’oubli. Ces dernières années le chanvre est remis sur le devant de la scène grâce à l’arrivée du cannabis bien-être mais aussi en lien avec l’urgence climatique et la volonté de trouver des solutions alternatives.

Quels sont donc les atouts du chanvre en matière d’écologie?

Une alternative au pétro plastique.

Le plastique est un véritable fléau écologique face auquel l’humanité tente chaque jour d’innover pour lutter contre la pollution du sol, des mers et de l’air. Il est urgent de trouver des solutions pour changer la manière dont est produit le plastique et ce en utilisant de nouvelles matières plus écologiques pour éviter de voire encore grandir le 7ème continent.

 

Le chanvre pourrait bien être une solution car c’est la plante qui possède le plus haut rendement en cellulose. Cette matière glucidique biodégradable produit des amidons facilement transformables en plastique. Par exemple, la fibre ou bien les copeaux de chanvre constituent une matière première bon marché pour produire des bioplastiques.

Les plastiques en fibre de chanvre présentent de nombreux avantages : ils sont plus solides et légers, moins polluants, ils sont biodégradables ( environ 5 mois), leurs décomposition ne produit pas de dioxyde de carbone (celui-ci reste lié de manière permanente dans la fibre), ils sont recyclables à volonté et assurent une plus grande stabilité de prix que les plastiques à base de pétrole.

Les changements de mentalité des populations et des gouvernements ces dernières décennies concernant le chanvre et le développement du cannabis bien-être ainsi que du cannabis thérapeutique, la légalisation déjà acquise dans les pays occidentaux les plus ouverts et les plus modernes, vont permettre l’augmentation de la production. Ce sera autant de matière première disponible pour le développement des bio plastiques en fibre de chanvre. De nombreuses grandes entreprises ont déjà intégré des bioplastiques à base de chanvre dans les industries de la mode, de l’automobile, de la construction etc…

Un captage de CO2 record pour lutter contre le réchauffement climatique.

Avec le réchauffement climatique  les émissions de carbone sont devenues un vrai défis pour la planète. Le chanvre, lors de sa photosynthèse, émet cinq fois plus d’oxygène qu’un arbre des forêts tropicales, il est donc devenu une source d’espoir pour les scientifiques.

 

Nous vous rappelons que lors du processus de photosynthèse les végétaux captent le CO2 et le rejettent sous forme d’oxygène conservant  le carbone indispensable à leur bon développement.
La capacité de captation du chanvre est si importante que l’on parle alors d’un véritable puits de carbone. Autre avantage du chanvre contrairement aux forêts par exemple c’est qu’il pousse très rapidement.  Il ne nécessité pas de gros apports d’eau ni de traitements chimiques. Il peut pousser sur des terres moins fertiles.
Les biomatériaux qu’on en retire (construction, élevage, plastiques, textiles etc..) sont neutres en carbone car celui-ci est lié aux fibres et ne sera pas rejeté dans l’atmosphère lors de sa décomposition.

D’après les recherches faites par l’université de Cambridge le chanvre capterait environ 10 tonnes de CO2 par hectares en moyenne contre 5 tonnes pour les arbres.

Le chanvre et les énergies renouvelables

Le chanvre occupe une des premières places en production de biomasse. Cette matière organique permet entre autres la production de biodiesel.

Les biocarburants sont aussi un enjeu majeur pour limiter notre dépendance aux énergies fossiles ultra polluantes.
La biomasse de chanvre peut-être transformée en huile qui est utilisée pour la production de biocarburants. L’avantage de cette huile est qu’elle se convertit facilement sans pertes substantielles. Elle a une capacité de conversion très importante proche de 95%. La culture du chanvre est par ailleurs bien plus écologique que celle du maïs, du colza aussi utilisés pour produire du biocarburant. En effet, comme évoqué précédemment la culture du chanvre n’est pas vorace en eau et ne nécessite pas l’utilisation de produits chimiques que ce soit pour sa croissance ou bien pour lutter contre les maladies ou bien contre les insectes, de plus elle ne provoque pas d’érosion des sols. Le chanvre est aussi une plante plus résiliente ce qui permet de la cultiver sur des « terres marginales » ayant un sol plus pauvre. On évite ainsi l’utilisation de terres destinées à la production alimentaire et de faire augmenter les prix comme cela a pu arriver au Brésil.

 

Selon l’Agence de protection de l’environnement américaine l’utilisation de la biomasse présente un double intérêt cette ressource est tout d’abord renouvelable. Sa production permet de capter le CO2 pour ensuite le relâcher lors de son utilisation ce qui en fait une opération neutre bien plus écologique que pour des carburants classiques. Enfin cette solution permettrait d’offrir des revenus substantiels et de nouveaux débouchés aux agriculteurs. Selon des études récentes le biocarburant de chanvre serait le moins polluant et le plus efficace de tous les biocarburants.

Une start-up française située dans la Sarthe à récemment produit de l’hydrogène vert en utilisant la biomasse de chanvre grâce à un processus de gazéification. C’est peut-être une nouvelle étape dans la production locale d’énergies vertes.

Une alternative au bois pour la production de papier.

Le chanvre a un rendement 4 fois supérieur au papier bois et il est naturellement blanc ce qui évite l’utilisation de produits chimiques et de traitements pouvant provoquer des pluies acides dans certaines régions du monde.

Au-delà de ces arguments on revient toujours aux mêmes avantages sa production est facile, il peut pousser dans des sols pauvres ou sur des terres de seconde catégorie souvent inexploitées car impropres à la culture alimentaire ou générant peu de rendements. Il n’a pas besoin de grandes quantités d’eau, d’engrais ou de traitements chimiques. Le chanvre pousse rapidement (environ 5 mois contrairement aux forêts pour lesquelles on doit attendre des années) et dans certaines régions on peut réaliser deux récoltes par an.

 

En terme de qualité c’est un papier bien plus résistant que celui obtenu à l’aide de pulpe de bois. Il a une durée de vie plus importante (utile pour l’archivage) et de nombreux documents historiques ont été rédigés sur du papier en chanvre comme la constitution des Etats-Unis par exemple. Autre argument déterminants il permet de produire plus de papier pour une surface cultivée équivalente, la pulpe de chanvre contient beaucoup plus de cellulose que la pulpe de bois ce qui en fait une matière idéale pour la production de papier. Enfin il  a une durée de vie plus longue puisqu’il peut être recyclé deux fois plus que le papier bois et d’autres part la plante est utilisée dans son entièreté et rien n’est gaspillé.

Le traitement du chanvre reste toutefois plus complexe et les années de prohibition n’ont pas arrangé les choses. Cependant depuis quelques années les lois évoluent comme aux Etats-Unis avec la Farm Bill en 2018 qui en légalisant la culture du chanvre a ouvert une nouveaux débouchés aux agriculteurs permettant de relancer cette industrie. Cette ouverture va permettre de relancer la recherche et de mettre en place de nouvelles techniques de production pour développer la filière.

La France est le plus gros producteur industriel de chanvre en Europe avec plus de 15 000 hectares cultivés, le chanvre papier est principalement utilisé pour fabriquer des feuilles à rouler, des billets de banque, des sachets de thé …

Isolant Biosourcé

Que ce soit pour les travaux d’isolation ou dans les matériaux de construction, le chanvre permet de remplacer la laine de verre ainsi que l’amiante, les laines minérales et polystyrènes par exemple qui dégagent des résidus toxiques après leur pose.

On le trouve sous différentes formes : les panneaux de chanvre, le béton de chanvre, la fibre de chanvre et le feutre de chanvre. Tous ces matériaux sont issus des tiges de la plante que l’on fait sécher pour en extraire la fibre.. Ces matériaux servent principalement à l’isolation thermique intérieure, extérieure et sonore des bâtiments.

Techniquement la valeur isolante du chanvre est plus faible que celle de la laine de verre ou la laine de roche mais il permet cependant une meilleure conservation de la chaleur sur le long terme, de plus il dispose d’une meilleure perméabilité à l’eau ce qui augmente son efficacité, enfin il permet d’avoir une insonorisation plus efficace qu’avec d’autres isolants.
Mais l’atout principal de ce matériau biosourcé est qu’il ne dégage pas de produits toxiques ou nocifs pour la santé, c’est un produit 100% naturel. Sa culture ne nécessite pas l’usage d’engrais ou de pesticides, il demande peu d’arrosage et il capte le CO2 durant son développement. Enfin, c’est une matière légère, facile à manipuler et surtout plus résistante, elle aura une duré de vie plus longue que les autres types d’isolants.

Il est une bonne alternative au coton pour l’industrie textile.

Son atout majeur : sa culture nécessite 11 fois moins d’eau que le coton. De plus, contrairement au coton, l’emploi des pesticides est très limité car c’est une plante extrêmement résiliente et disposant de bon nombre de protections naturelles contre les insectes comme sa résine ou son odeur par exemple.

Pour produire du fil on sépare la fibre du reste de la tige pour obtenir de la filasse. Une fois que cette fibre est récoltée elle va permettre de tisser un fil.
La fibre de chanvre est ultra résistante ce qui permet de produire des tissus solides, qui durent dans le temps et résistent aux lavages sans s’étirer. Les fibres sont plus épaisses ce qui en fait un bon rempart contre les UV. Il agit comme un véritable régulateur de transpiration en absorbant l’humidité lorsqu’il fait chaud. Pour finir la fibre a des propriétés antibactériennes et antifongiques qui constituent vrai atout pour les vêtements par exemple.

 

C’est un purificateur de sol naturel

Le chanvre permettrait de purifier les sols pollués, notamment ceux contaminés au césium. Il est à l’heure actuelle employé sur le site de Fukushima au même titre que le tournesol.

La pollution des sols est un problème majeur auquel doit faire face l’humanité. Les pollutions peuvent venir d’éléments organiques ou inorganiques. Les principaux polluants des sols sont les métaux lourds, les pesticides. Ils posent un problème à la fois de sécurité alimentaire mais aussi de fertilité des sols.
Une solution écologique à ce problème est la phytoremédiation. Comme son nom l’indique elle consiste à dépolluer grâce à l’utilisation de plantes ayant des capacités absorbantes, filtrantes ou nettoyantes.

Pour ce qui concerne le chanvre, les récentes études tendent à démontrer que sa grande résilience et sa capacité d’adaptation à des sols pauvres lui permettraient de bien s’adapter aux caractéristiques des sols pollués par les métaux lourds qui ont tendance à devenir stériles. Le Cannabis sativa serait de plus une solution viable pour dépolluer car il a une forte capacité d’absorption on parle alors de plante hyper accumulative. Néanmoins il est important de noter que ce processus de phytoremédiation est long et peut parfois prendre jusqu’à 50 ans.

Comme pour le cannabis bien-être ou thérapeutique, l’utilisation du chanvre à des fins industrielles et écologiques constitue un véritable espoir pour notre avenir. Les années de prohibition ont mis à l’arrêt de nombreuses recherches qui auraient pu nous permettre de trouver des solutions ou des alternatives plus vertes dans de nombreux secteurs d’activité. Cependant l’ouverture des consciences et des mentalités offre à l’agriculture, à la science et à l’industrie de nouvelles perspectives issues de la culture et de l’exploitation du cannabis sativa. Nous sommes au peut-être commencement d’une nouvelle erre pour la culture du chanvre.