Le CBD et l’arthrite.

L’arthrite c’est quoi ?

L’arthrite est une maladie causant une inflammation des articulations, elle regroupe une centaine de pathologies différentes. Longtemps considérée comme due à l’âge, elle a été négligée mais son développement accéléré par de  multiples facteurs sociétaux tels que le surpoids, le stress, l’anxiété, le manque de sommeil, en ont fait un sujet de santé publique majeur. On estime qu’elle touche environ 10 millions de personnes en France.

Les différents types d’arthrites :

L’arthrose : c’est une inflammation de l’articulation due à une dégradation du cartilage qui prend la forme de douleurs mécaniques. C’est la maladie articulaire la plus rependue et pourtant son origine n’à pas été identifiée.  L’usure prématurée du cartilage entraîne des frottements au niveau des os. Cette usure peut être due à différents facteurs tels que le poids, l’âge, la pratique intensive d’un sport. Elle se déclare en général au niveau des articulations de soutient du type genoux, hanches. A l’inverse de l’arthrite les douleurs arrivent lorsque le sujet est actif et s’amenuisent au repos.

L’arthrite peut-être immunitaire, infectieuse ou bien métabolique :

  • Polyarthrite rhumatoïde : c’est tout simplement une arthrite rhumatoïde qui va toucher plusieurs articulations. L’arthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune ce qui veut dire que notre corps s’attaque à ses propres tissus suite à un dérèglement immunitaire, ce qui entraîne des réactions inflammatoires chroniques. Son origine n’a pas encore clairement été identifiée. Les parties du corps qui sont les plus fréquemment touchées sont les articulations des mains et des pieds. Elle est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes et elle survient principalement chez les personnes âgées de 40 à 60 ans.
  • Arthrite infectieuse : comme son nom l’indique elle apparaît à cause d’une infection sur ou autour de l’articulation.
  • La goutte : elle est due à un excès d’acide urique dans l’organisme ce qui provoque des dépôts de cristaux dans les articulations. Cette affection concerne principalement les hommes. Elle peut-être épisodique ou chronique.

Que faire pour améliorer son quotidien ?

  • Faire attention à son poids.
  • Faire du renforcement musculaire et des assouplissements.
  • Choisir une activité sportive adaptée et qui ne soit pas trop violente. Exemple : éviter la course à pied pour préserver ses genoux. Les sports qui font le moins appel aux articulations arthrosiques sont la marche, le cyclisme et la natation.
  • Consulter un professionnel de santé pour établir un programme hebdomadaire adapté.

Arthrite et CBD.

Le CBD va être plus ou moins efficace en fonction des formes d’arthrites. Par exemple son action sera plus adaptée à des formes d’arthrites de type inflammatoire que mécanique. En priorité du au fait que nos connaissances théoriques en la matière ont mis en relief l’effet anti-inflammatoire du CBD, l’effet antalgique du Cannabis sativa étant plutôt réservé au THC. Cependant les pistes concernant l’action antidouleur du CBD sont prometteuses et méritent aussi d’être explorées. Le CBD agirait directement ou indirectement sur plusieurs systèmes de récepteurs disséminés dans notre corps, on dit qu’il a une action pléiotropique. Il agirait sur le système endocannabinoïde, le système vanilloïde et le système sérotoninergique. Nous parlons au conditionnel car la plupart des expérimentations réalisées l’ont été uniquement sur la base d’études précliniques, c'est-à-dire uniquement testées sur des animaux. De plus l’échelle de ces études étant limitée il n’a pu être déterminé précisément la part de l’effet placebo sur ces résultats. En outre ces systèmes n’ont pour l’heure pas été complètement déchiffrés car ils sont très complexes. Tous ces résultats sont donc à prendre au conditionnel. Bien que le CBD entre dans la composition de certains médicaments, comme l’Epidiolex, utilisé pour traiter l’épilepsie et ayant fait l’objet de tests clinique poussés, le CBD ne doit pas être considéré comme un médicament mais simplement comme un complément pour améliorer votre bien-être. N’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin.  Nous allons maintenant vous expliquer ce que nous savons pour l’heure sur le traitement des douleurs chroniques et les espoirs que cela fait naître dans le domaine des maladies inflammatoires.

Le système endocannabinoïde.

Les cannabinoïdes ont une influence sur le système endocannabinoïde (SEC) qui permet de réguler l’équilibre général de notre corps ou homéostasie. Ce système est composé d’une multitude de récepteurs disséminés dans l’ensemble de notre organisme y compris notre système nerveux central. Ces récepteurs commandent un certain nombre de fonctions physiologiques (douleur, sommeil, appétit). Ils sont activés par des cannabinoïdes produits naturellement par notre corps : les endocannabinoïdes. Les phytocannabinoïdes, provenant de la plante Cannabis sativa, ayant une structure chimique similaire aux endocannabinoïdes, ils ont aussi une influence sur ces récepteurs et peuvent se lier à eux. C’est le cas du THC qui en se liant au récepteur CB1 provoque un effet planant.  Le CBD lui est non psychoactif et agit indirectement sur les récepteurs sans se lier à eux. Il va jouer un rôle de chef d'orchestre en modulant les niveaux d'endocannabinoïdes là où ils sont les plus utiles.  Pour ce qui concerne l'arthrite, en ralentissant la dégradation du cannabinoïde anandamide le CBD permettrait de prolonger sont effet analgésique. 

Le système vanilloïde.

Les récepteurs vanilloïdes jouent un rôle dans l’envoie et la gestion des signaux de douleur, la limitation de leur action va permettre l’engourdissement et l’insensibilisation. Des pistes encourageantes tendent à prouver que  les cannabinoïdes et notamment le CBD pourraient avoir une influence sur ces récepteurs. Le cannabidiol pourrait, selon ces études récentes, ralentir l’activité des récepteurs vanilloïdes et donc jouer un rôle dans notre relation à la douleur.

Le système sérotoninergiques.

Deux symptômes importants sont souvent liés à l’arthrite : l’anxiété et l’insomnie. On a depuis peu mis au jour une relation majeure entre le système sérotoninergique et le CBD.

Le système sérotoninergique est un système de récepteurs disséminés dans notre corps et commandant des fonctions clefs telles que l’humeur, la sexualité, le sommeil, l’anxiété, l’alimentation, la douleur. La sérotonine est produite par notre corps et joue le rôle de neurotransmetteur en se liant aux récepteurs sérotoninergiques. Le niveau de sérotonine semble lié à l’humeur, au sommeil et à toutes les fonctions physiologiques précédemment mentionnées.

Or le CBD semble stimuler les récepteurs sérotoninergiques en se liant directement à eux. Le CBD permettrait ainsi de faire varier la transmission sérotoninergique et pallierait aux manques de sérotonine, potentiellement responsables des symptômes de stress et d’anxiété.

L’influence sur les niveaux de sérotonine va aussi avoir un impact sur la sécrétion de mélatonine responsable de la qualité de notre sommeil. 

Dans une étude préclinique de 2016, des chercheurs de l’Université de Paris Diderot ont découvert un lien entre niveaux de sérotonine et polyarthrite rhumatoïde. Celle-ci tend à s’aggraver lorsque les niveaux de sérotonine sont bas. Là encore si la relation entre CBD et niveau de sérotonine est confirmée cela constitue une piste sérieuse pour cette agir sur cette pathologie.

La sérotonine est fortement liée à la transmission de la douleur et à l’origine du signal douloureux. Agissant de différentes manières sur de nombreux récepteurs (environ 15 au total) son système de fonctionnement reste à ce jour un mystère. Mais les découvertes s’enchaînent, par exemple son rôle dans l'activation des douleurs neuropathiques est de plus en plus étudié. Le développement des expérimentations grâce à l’ouverture au cannabis médical dans un nombre croissant de pays nous permettra certainement d’obtenir des réponses concrètes sur le lien entre sérotonine, douleurs et CBD.

En conclusion, les pistes sur l’action anti-inflammatoire, relaxante, antalgique du CBD doivent encore être étudiées mais les premières conclusions sont très encourageantes. Vous pourrez essayer un traitement à base de CBD à travers l’huile, les fleurs, les infusions afin de vous soulager et d’améliorer votre quotidien mais le CBD reste un produit de bien-être et ne doit en aucun cas se substituer à un traitement médical. Demandez l’avis de votre médecin en cas de traitement médicamenteux lourd.